Immobilier

Transaction immobilière entre particuliers : quels sont les inconvénients ?

Le système de transaction immobilière entre particuliers prend de plus en plus d’ampleur de nos jours. Gains financier et économique, sécurité juridique intacte, vente ou achat personnalisé, il offre en effet de nombreux avantages. Cependant, ce système présente aussi quelques inconvénients. 

L’incertitude du délai de vente du bien 

L’incertitude du délai de vente, c’est la première des difficultés que l’on rencontre. En tant que vendeur, dès que vous postez vos biens immobiliers, c’est possible que vous trouviez un client en un délai record ou que cela prenne des semaines ou même des mois avant de trouver sur un potentiel acheteur. Ceci peut être dû au prix de vente qui ne correspond pas vraiment aux cours du marché de l’immobilier. 

L’immobilisation du bien immobilier 

Quand le temps pris pour trouver un client devient long, alors le vendeur est face à de nouvelles dépenses. Le vendeur devra procéder à un entretien régulier du bien, et si nécessaire à sa réfection, dans le but de conserver sa valeur sur le marché. D’autre part, le propriétaire devra s’acquitter des frais liés aux impôts, ce qui augmente davantage les dépenses. 

Une disponibilité à toute épreuve 

Les transactions immobilières demandent du temps et pas des moindres. Le vendeur ou l’acheteur doit consacrer une partie de son emploi du temps quotidien à la concrétisation de la vente. De son côté, le vendeur doit lui-même aller à la rencontre des acquéreurs potentiels, effectuer les visites du bien à vendre, dénicher l’acheteur idéal, entamer les démarches juridiques et techniques… 

Les démarches techniques et juridiques 

Après avoir trouvé un acheteur, le vendeur doit s’occuper des questions juridiques et techniques. À cette étape, on peut facilement se perdre, surtout lorsque l’on n’a pas un minimum de prérequis dans le domaine. Sur le plan technique, le vendeur propriétaire doit par exemple effectuer les différents diagnostics techniques obligatoires. 

Sur plan juridique, il doit par exemple s’assurer que le bien à vendre ne présente aucun vice caché ou apparent. Il doit aussi rédiger l’avant-contrat, signer le contrat de vente définitif… Il est clair que l’aide d’un professionnel serait extrêmement utile pour réduire les risques de conduire à des litiges futurs. 

 

Un dernier conseil : n’hésitez pas à voir faire accompagner par des professionnelles de l’immobilier tel qu’immosphere.be

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *