Comment procéder au financement des travaux de rénovation de sa maison ?

Pour que son logement puisse gagner de la valeur, la recherche de financement pour des travaux de rénovation est une phase primordiale. Sachant que le montant du prêt dépendra surtout de l’ampleur des tâches à réaliser : peinture, nouvelles installations électriques, travaux d’isolation, remplacement du système de chauffage… ce sont autant de tâches à effectuer et qui, le plus souvent, nécessitent l’intervention d’un professionnel.

Pour vous aider à dénicher un contrat de prêt économiquement avantageux, nous allons nous baser sur les informations publiées par les banques et surtout les aides proposées par l’État pour promouvoir l’accès des Français aux logements décents.

D’abord, établissez un devis des travaux à réaliser

Quelles que soient la nature et l’ampleur du projet de rénovation envisagé, il faut toujours commercer par l’établissement d’un devis. Cette phase vous permettra d’avoir une idée précise des dépenses que vous êtes en mesure d’engager.
Pour économiser, vous pouvez l’effectuer vous-même, mais si vous avez des doutes, n’hésitez pas à recourir aux services d’un artisan ou une société spécialisée dans le domaine. Normalement, si c’est eux qui se chargent de la réalisation des travaux, ils établiront un devis précis et vous donneront des conseils avisés.

Si vous n’êtes pas satisfait (e) de leur prestation, il vaudra mieux demander l’avis d’autres professionnels. En effet, en faisant une comparaison des offres (d’au moins trois prestataires), vous pourrez orienter votre choix vers la meilleure solution vis à vis de votre situation.

Comment choisir un professionnel de la rénovation ?

Avant de jeter son dévolu sur un quelconque prestataire en rénovation, il faut prendre le temps de bien se renseigner. Dans ce cas, Internet sera votre meilleur allié car il regorge d’informations utiles sur la question ! Mais il faut quand même rester très vigilent sur la crédibilité des compétences du prestataire sélectionné.

Bien évidemment, l’avis de vos proches et de votre entourage doit être pris en compte, quelle que soit votre décision. Le fait est que le bouche-à-oreille représente, le plus souvent, une source d’information fiable pour trouver le bon professionnel.
Assurez-vous également qu’il soit inscrit au répertoire des métiers (RM) ou au registre du commerce et des sociétés (s’il s’agit d’une entreprise).

Évaluez votre capacité de remboursement

Selon l’avis des conseillers de la plateforme d’appui aux consommateurs de produits bancaires DétectiveBanque, l’établissement d’un budget global est nécessaire pour mesurer sa capacité d’emprunt. Le but est de lister ses dépenses et ses sources de revenu pour dégager le reste à vivre. Cette étape va également vous permettre de fixer votre apport au cas où vous en avez la possibilité.

N’oubliez pas de respecter le taux d’endettement maximal

Actuellement, les établissements bancaires prêteurs appliquent un taux d’endettement global de 33%. Cela veut tout simplement dire que la proportion de vos revenus à allouer au remboursement de votre dette ne doit pas dépasser le seuil de 33%, auquel cas votre demande de prêt sera refusée pour éviter les risques d’insolvabilité.

Bien entendu, pour le financement des travaux, les banques peuvent adapter ce taux en fonction de votre profil financier, ce qui nécessite une excellente capacité de négociation de votre part.

Sachez que pour que votre dossier passe sans encombre, il faut que vous ayez une situation financière stable (source de revenus régulière, compte bancaire exempt de découverts répétitifs, non accumulation de crédits à la consommation, capacité d’épargne réelle etc.).

Quel type de crédit choisir pour le financement de ses travaux de rénovation ?

Pour le financement des travaux, les banques ont une panoplie de crédits spécialement dédiés aux particuliers et aux professionnels. Si le montant des dépenses prévues ne dépasse pas le seuil des 75 000 euros, le crédit à la consommation est le type de prêt le plus approprié. Le seul bémol est que son taux d’intérêt est légèrement supérieur à celui d’un crédit immobilier classique et sa durée de remboursement s’avère plus courte (inférieure à 10 ans).

Les autres types de crédits plus attractifs

Les efforts de transition énergétique ont incité les pouvoirs publics à mettre en place des crédits à intérêt réduit destinés au financement des travaux de rénovation. Par exemple, la Caisse d’allocations familiales (CAF) accorde un prêt à taux préférentiel (1%) dans la limite des 1067,14 euros.

L’Éco-prêt à taux zéro appuie également les Français pour l’amélioration de la performance énergétique de leur résidence principale. En tant que crédit écologique, ce prêt très généreux est soumis à certaines conditions relatives à la nature des travaux à entreprendre (travaux dans le domaine de l’isolation, renouvellement du système de production d’énergie etc.).

L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) appuie également les ménages dans la réalisation de leurs initiatives de rénovation écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *